Martyrs, Pascal Laugier, drame et thriller psychologique à suspense franco-québécois, 2008, 1h35, interdit -16 ans, +++++

Publié le par Abomin'Addict

          Pourquoi vous parler d’un film sorti dans les salles il y a plus de trois ans (le 3 septembre 2008 exactement) ? Pour la simple et bonne raison que, pour mon premier article sur ce blog, je voulais vous faire découvrir (ou redécouvrir) un film qui n’a pas eu l’accueil qu’il méritait. En effet, sa sortie fut très controversée. Jugé trop violent, il fut étiqueté « interdit aux moins de 18 ans » par la Commission de Classification des Films, ce qui revenait à un suicide commercial. Le distributeur français Wild Bunch alla même jusqu’à l’annulation de sa sortie le 18 juin 2008. Mais après réclamation de Pascal Laugier, réalisateur de Martyrs et de Saint Ange (2003), auprès de Christine Albanel, alors ministre de la Culture, le film a pu bénéficier d’un sursis. C’est ainsi que sa projection (quinze cinémas  tout au plus) ne fut interdite qu’aux moins de 16 ans !

  martyrs_affiche.jpgC’est si facile de fabriquer une victime, si facile…


          L’histoire ? France, début des années 70. Lucie, une petite fille de dix ans, disparue quelques mois plus tôt, est retrouvée errant sur la route. Son corps maltraité ne porte aucune trace d'agression sexuelle. Les raisons de son enlèvement restent mystérieuses. Traumatisée, mutique, elle est placée dans un hôpital où elle se lie d'amitié avec Anna, une fille de son âge. 15 ans plus tard, on sonne à la porte d’une famille ordinaire. Le père ouvre et se retrouve face à Lucie, armée d'un fusil de chasse. Persuadée d'avoir retrouvé ses bourreaux, elle tire. La suite n’est que plus terrible.

 

fille Martyrs

          Pourquoi écrire une telle histoire ? Car je ne vous le cache pas, certaines images sont insoutenables, l’ambiance est malsaine, les scènes terriblement réalistes. « Martyrs est une de ces réussites ultimes et hallucinantes qui risque de vous clouer au pilori » (Excessif.com). Le réalisateur s’explique : « choquer ne m'intéresse pas en soi mais il fallait vraiment qu'on ait une sensation physique, organique, de la douleur infligée, sinon on aurait perdu toute idée de gravité de cette violence, ça l'aurait rendu " gadget " et faisait du film un objet passablement douteux. (...) Je voulais que chaque coup soit douloureux, non par quelque discours moral sur la représentation de cette violence, mais parce que c'est le sujet même du film : au bout, tout au bout de la violence, est-ce qu'il y a quelque chose ? Je crois qu'au fond, c'est le genre de questions que posent tous les films d'horreur que j'aime ; en quoi et pourquoi la condition humaine est-elle aussi atroce ? »


martyrs-copie-1.jpg

          Déroutant, choquant, haletant, ce chef-d’œuvre nous laisse un souvenir d’horrible beauté et nous incite à réfléchir sur la condition humaine. Le scénario reste indéchiffrable à l’avance malgré les minutes qui passent, ce qui en fait une rareté dans le genre. Rien de commercial. Rien de surjoué. Le duo d’actrices, Morjana Alaoui et Mylène Jampanoi, est irréprochable et prêt à tout. L’une s’est rasée la tête et a dû, via un régime strict, perdre du poids, l’autre a supporté les souffrances infligées lors du tournage des scènes d’action. Ce n’est pas pour rien que Mad Movies le qualifie de « meilleur film d’horreur dont ait accouché le cinéma français ». Cloué au pilori. C’est exactement cela. On est happé par les scènes qui nous prennent d’assaut, forcé à voir l’insoutenable, obligé d’entendre l’ineffable. On n’en sort pas indemne.

         

          Je vous le conseille si vous vous en sentez capable, si vous n’avez « même pas peur de le voir », si vous résistez à une extrême tension psychologique, si vous pensez être assez fort pour ne pas faire de crises d’insomnies…

 

« Au-delà du fantastique. Au-delà de l’horreur. Au-delà de l’indicible. Voir Martyrs, et mourir. »

(DVD Vision)

Aron

Commenter cet article

Sébastien Almira 19/10/2011 11:00



Très bon premier article !


Le film ne me tente pas, mais tu commences bien ton blog ! Hâte de voir la suite !



Abomin'Addict 19/10/2011 14:59



C'est sûr que ça n'est pas un film que l'on regarde à la légère, sauf ceux qui ont cette capacité de détachement vis-à-vis des images, de la musqiue et de l'ambiance...


Merci pour le compliment !